Présentation

Contexte

L’une des dynamiques les plus marquantes de l'ère Anthropocène est la capacité des systèmes sociaux à interagir avec les systèmes écologiques à grande échelle et à un rythme rapide, avec une intensité accrue et des conséquences incertaines. Les sociétés humaines ont réussi à construire leurs environnements déconnectés en vue de satisfaire un ensemble de besoins – qui ne sont généralement pas considérés comme fondamentaux pour la survie et le développement des espèces humaines – tout en franchissant de nombreux seuils écologiques, parfois de manière irréversible. L’incapacité de ces sociétés de se percevoir comme faisant partie du système écologique, et d'agir en conséquence, est de plus en plus associée à l'émergence de risques interdépendants et complexes d’une dimension globale et d’une ampleur sans précédent affectant la sécurité, la viabilité et la résilience des systèmes socio-écologiques à tous les niveaux. Et cela, à son tour, révèle continuellement notre incapacité à gérer efficacement ces risques en utilisant les mêmes systèmes de valeurs, considérés comme principale cause de leur émergence. L'incapacité d'atténuer le changement climatique et de s'y adapter, la perte de biodiversité, les catastrophes environnementales d’origine humaine et l'effondrement de nombreux écosystèmes représentent, entre autres, les principaux risques pour les systèmes sociaux actuels. Ces risques affectent les systèmes alimentaire et sanitaire humaine, le développement socio-économique et l'intégration politique, avec de nombreuses implications pour le bien-être, la productivité et même la sécurité régionale et nationale. De même, plusieurs risques affectant les systèmes sociaux comme la pauvreté, les conflits, les déplacements, les injustices et les inégalités, sont de plus en plus induits par les dynamiques des systèmes écologiques, en particulier le changement environnemental et climatique. 

À titre d'illustration, le système alimentaire mondial actuel – en tant que système socioécologique (SES) – est négativement impacté par la perte de la biodiversité et le changement climatique, notamment les variations de température et de précipitations, les  événements météorologiques extrêmes et l'élévation du niveau de la mer. Ente même temps, le système alimentaire mondial est un facteur majeur de perte de la biodiversité et du changement climatique (en raison de ses émissions importantes de carbone, du changement d'affectation des terres et de la déforestation), de l'épuisement des ressources hydriques, de la pollution accrue des écosystèmes aquatiques et terrestres, de la détérioration de la santé publique, de la mortalité humaine et de la souffrance animale. Les modes de production et de consommation des aliments, en particulier dans les pays du Nord et les pays dits émergents, sont de plus en plus considérés comme une catastrophe humaine et environnementale. Les scientifiques prévoient que dans les décennies à venir, les défis écologiques, climatiques et sanitaires du système alimentaire mondial pourraient s’accentuer considérablement en l'absence de réponses appropriées. Ces défis atteindront des niveaux dépassant les capacités de charge des écosystèmes, ce qui pourra menacer considérablement la sécurité et la survie de l'humanité. Il a été démontré également que les options permettant de réduire les effets négatifs du système alimentaire mondial, tout en répondant de manière durable à la demande croissante sur les produits alimentaires, devront être mises en œuvre simultanément et de manière intégrée, conformément à des référentiels conceptuels et politiques novateurs.

En somme, ces dynamiques nous poussent à repenser la nature des interactions entre les systèmes sociaux et écologiques à partir des perspectives différentes et de nouveaux paradigmes. Les systèmes sociaux portent actuellement la responsabilité principale de changer leurs relations avec les écosystèmes, étant donné les capacités dont ils disposent (comme le savoir, la technologie et le pouvoir d’action) et qui peuvent être mobilisées pour inverser les dynamiques destructrices. Les changements à effectuer devraient couvrir tous les aspects d'interaction entre les deux systèmes, à savoir : l'intégration et la restructuration des cadres de gouvernance existants  (normes multi-échelles, acteurs étatiques et non-étatiques, valeurs et délibérations…) dans la perspective du SES ; la réorganisation des systèmes de production et de consommation en rupture avec la culture de croissance et du consumérisme ; l'élaboration de mesures dans les domaines d'atténuation, d'adaptation et de promotion des Objectifs de Développement Durables (ODD) dans une perspective de résilience et de viabilité des SES ; et la prise en considération des approches et des paradigmes appropriés lors de l'élaboration et de la mise en œuvre des réponses (comme l'approche genre, droits humains et sécurité humaine, approche socio-écosystémique).

approche et objectifs

 

Le 5ème Colloque international (SES2019 – faisant partie d'une série de rencontres scientifiques articulant science et décision organisées par le CERES en collaboration avec de nombreux partenaires – est conçu comme une opportunité pour approfondir le débat sur les Systèmes Socio-Écologiques. L'approche consiste à :

 

  • évaluer les facteurs structurels de vulnérabilité, de crises et d'insécurité des Systèmes Socio-Écologiques ;

  • identifier les domaines d'interaction, d'intégration et de synergie des Systèmes Socio-Écologiques étant donné leur interdépendance ;

  • évaluer la capacité et l'incapacité des dispositifs d'intervention existants (cadres de gouvernance, référentiels conceptuels, modèles de développement et systèmes de valeurs, etc.) à renforcer la résilience et la viabilité de ces systèmes ; et

  • promouvoir les approches et les moyens d'action pouvant inverser les dynamiques destructrices.

 

Des délégués de différents horizons auront l’occasion de présenter leurs recherches, leurs expériences et bonnes pratiques, et d’explorer les options novatrices pouvant orienter les processus de changement futurs en ce qui concerne la résilience et la viabilité des Systèmes Socio-Écologiques à l'ère des risques. Les thèmes clés du Colloque sont à caractère multidisciplinaire (permettant des interactions fécondes entre plusieurs disciplines scientifiques) et d’une importance vitale pour les processus décisionnels pertinents (permettant des interactions entre les chercheurs, les experts, les praticiens et les décideurs à tous les niveaux).

Publication

Les travaux de recherche présentés lors des éditions précédentes du Colloque ont été publiés par des maisons d'éditions de renommée, notamment Springer NatureRoutledge Environment & SustainabilityLaval University PressIRD Editions, etc. Les participant(e)s au SES2019, souhaitant bénéficier de l'opportunité de publication après la tenue du Colloque, sont invité(e)s à soumettre un papier complet suite à l'acceptation de leurs résumés selon les instructions aux auteurs. La publication du papier complet reste conditionnée par l'acceptation du Comité scientifique selon les critères de qualité, de pertinence scientifique, d'authenticité, etc.

 

Les co-éditeurs des ouvrages collectifs et les auteurs de chapitres recevront systématiquement des copies des publications, que ce soit au format électronique ou imprimé, conformément aux contrats d'édition.

Langues du Colloque

Les langues du Colloque sont : l'anglais, le français et l'arabe.